Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terrorisme. Oui, une base militaire américaine en Espagne est nécessaire

Le gouvernement espagnol a autorisé, le 29 mai, la mise en place d’une présence américaine permanente sur la base de Morón de la Frontera. Pour le quotidien El País, cet accord est nécessaire pour la sécurité de la région.

Située dans le sud de l’Espagne, près de Séville, la base de Morón de la Frontera pourrait bien devenir la principale présence américaine dans la région. L’objectif est de défendre les intérêts occidentaux en Afrique, et notamment d’enrayer la progression des groupes djihadistes dans le nord du continent. C’est ce qu’affirme El País, qui salue un “saut qualitatif dans les relations entre les deux pays”.

La base va être le siège d’une force rapide destinée à intervenir dans un ample arc territorial, victime de la progression du fondamentalisme religieux. La lutte contre le fanatisme islamique est un combat incontournable pour tous, il ne doit pas connaître de limites”, avance le journal madrilène. “Pour l’Europe, et l’Espagne en particulier, il semble impératif de renforcer la cohésion par tous les moyens, militaires inclus, face à un ennemi décidé à prolonger sa lutte dans le temps.”

Dans le cadre de la convention bilatérale de défense, la base de Morón accueillera de façon permanente une force d’intervention rapide composée de 2 200 hommes, 500 civils et 26 avions. Les Etats-Unis avaient placé 850 marines et 14 avions sur cette base à la suite des attentats Libyens de 2012, mais l’accord n’était que temporaire.

Le quotidien regrette cependant le manque de transparence dans la démarche et les négociations qui ont conduit à cet accord : “L’accord de Morón a été négocié dans l’obscurité la plus absolue pendant plusieurs mois, avec un Parlement inexistant. Si la souveraineté espagnole reste garantie, comme l’assure le gouvernement, il semble que le moment soit venu de connaître les détails et la contrepartie que l’Espagne obtiendra des Etats-Unis.”

La signature de l’accord a été retardée par l’absence de John Kerry, accidenté à vélo dans les Alpes ce week-end. Aucun report n’a pour l’instant été communiqué.

Partager cet article

Repost 0