Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Même couleur de maillot qu'à Chelsea, même numéro: Didier Drogba a déjà des répères à Montréal. (AFP)

Même couleur de maillot qu'à Chelsea, même numéro: Didier Drogba a déjà des répères à Montréal. (AFP)

Il est sorti par le tunnel qui mène aux vestiaires du stade Saputo de Montréal sous l’acclamation des deux milles abonnés de l’Impact, venus l’accueillir en ce jeudi après-midi.

A 37 ans, l’attaquant ivoirien Didier Drogba a ainsi pu mesurer l’enthousiasme que suscite son arrivée au sein du club canadien. «C’est un grand événement pour l’Impact, la MLS et tout le Québec», se réjouissait même Joey Saputo, le propriétaire de l’Impact de Montréal, avant que sa dernière recrue ne livre ses premières impressions devant des journalistes, eux aussi, très nombreux.

«Comment vivez vous votre arrivée à l’Impact Montréal?
Je suis vraiment content d’être ici. Si j’ai décidé de venir jouer ici, c’est d’abord parce que le discours du président m’a séduit. Il a été très simple et chaleureux. C’est une nouvelle aventure, c’est un nouveau défi que je suis pressé de relever. Et j’espère vivre ici de grands moments. A Montréal, il y a cette diversité culturelle qui est importante. J’ai eu envie de découvrir cette ville et j’ai été séduit par le projet.

«Rares sont les clubs qui ont de telles installations»

Au cours de cette intersaison, votre ancien club de Chelsea s’est préparé à Montréal. Avez-vous eu l’occasion d’en discuter avec eux?
On va dire qu’ils ont pas mal influencé mon choix! (rires) Nemanja Matic, Eden Hazard, le coach (José Mourinho)… Tous m’ont parlé en bien de Montréal et des installations du club. Les installations sportives comptent beaucoup et rares sont les clubs qui ont de telles installations. C’est important d’avoir un cadre confortable et un environnement stable. J’ai été emballé par ce que m’ont dit mes anciens coéquipiers et j’ai aussi regardé, sur internet, des vidéos des fans qui m’ont permis de voir à quel point ces derniers étaient chaleureux.

Avez-vous déjà fixé une date pour vos débuts en compétition?
Si cela ne dépend que de moi, je joue dès vendredi et le prochain match (rires). Mais plus sérieusement, cela fait quand même deux mois et demi que je n’ai pas joué. Il va me falloir un peu de temps et discuter avec le coach pour trouver un bon compromis. Moi, je veux jouer, je veux pouvoir apporter quelque chose à l’équipe et non pas être une sorte de fardeau.

«On a un langage commun»

Selon vous, est-ce que la MLS bénéficie d’un autre regard depuis l’Europe?
Oui grâce à des joueurs pionniers, un peu plus de ma génération, comme David Beckham. Aujourd’hui, des joueurs comme Frank Lampard, Steven Gerrard ou David Villa évoluent en MLS et ils sont une valeur ajoutée pour le Championnat. Forcément, avec toute cette force ajoutée en provenance d’Europe, la MLS aura encore plus de visibilité sur la scène européenne.

Comment comptez-vous vous adapter au jeu de la MLS?
Une chose est sûre: le football est universel. On a un langage commun. Ça, ça va aller très vite. Je suis quelqu’un qui a quitté la Côte d’Ivoire à l’âge de six ans, j’ai grandi loin de mes parents et j’ai beaucoup bougé durant ma vie. J’ai donc confiance en ma capacité d’adaptation.»

Partager cet article

Repost 0