Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La directrice du FMI Christine Lagarde, le 14 juin 2013.
La directrice du FMI Christine Lagarde, le 14 juin 2013.
Reuters / Magana

Par RFI

Les dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI) ne sont pas réjouissantes. L'institution révise à la baisse ses prévisions de croissance pour la plupart des grands pays et juge que la probabilité de mauvaises surprises reste supérieure à celle de bonnes surprises, tant dans les pays développés que dans les pays émergents.

Avec notre correspondant à Washington, Pierre-Yves Dugua

Le Fonds monétaire international (FMI) fait machine arrière et revoit ses prévisions de croissance à la baisse pour la plupart des grands pays.

Le Fonds monétaire international avoue avoir sous-estimé la gravité de la récession en Europe et mal anticipé que le Congrès à Washington laisse se mettre en place des réductions automatiques de dépenses publiques.

A ces erreurs s’ajoute un nouveau danger, celui que les flux positifs de capitaux vers les pays émergents souffrent d’un changement de politique par la Banque centrale des Etats-Unis.

L'Europe, la zone la plus malade

En abandonnant graduellement des mesures censées entretenir des taux d’intérêt à long terme anormalement bas aux Etats-Unis, la réserve fédérale américaine risque en effet sans le vouloir, de précipiter des retours de capitaux vers l’Amérique et vers le dollar, au détriment de pays jeunes, où les rendements et les risques sont plus élevés.

Le FMI révise à la baisse ses prévisions de croissance pour la Chine, le Brésil, la Russie, l’Inde et l’Afrique du Sud. C’est la cinquième fois depuis le début de l’année 2012 que le FMI se montre ainsi moins optimiste.

L’Europe reste la zone la plus malade. En France, le FMI table maintenant sur 0,6% de contraction de l’économie cette année, et non plus 0,3%, comme lors de son dernier pointage du mois d’avril.

Tag(s) : #économie-finances

Partager cet article

Repost 0