Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pape Diouf a expliqué son entrée dans la bataille des municipales par une envie de «changer la donne» à Marseille.
Pape Diouf a expliqué son entrée dans la bataille des municipales par une envie de «changer la donne» à Marseille.
REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Par Christophe Carmarans

Après avoir longtemps hésité, car courtisé par les socialistes, l’ancien président de l’OM, Pape Diouf, a annoncé mardi qu’il se présentait à la mairie de Marseille à la tête du collectif Le Sursaut. Bien que tardif, cet engagement en politique s’inscrit dans la logique d’un parcours original tracé dans la cité phocéenne à travers le football et les médias.

« Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois », se plaît à dire Pape Diouf, citant Albert Camus. La formule prend évidemment un autre sens quand on l’applique à la politique, ce sport individuel et collectif qui ne va pas toujours de pair avec la morale, justement. Bien que novice en la matière, Pape Diouf sait forcément où il met les pieds, même s’il lui a fallu du temps pour se lancer dans l’arène, n’annonçant que mardi sa candidature à la mairie de Marseille, sept semaines seulement avant le 1er tour des municipales 2014. Mais quand on a passé cinq ans à l’OM, dont quatre en qualité de président, on a le cuir épais et le jugement affûté.

Elevé à la dure

On n’écrira pas du parcours du dernier candidat déclaré à la mairie de la deuxième ville de France qu’il est « atypique » selon l’expression consacrée puisqu’il est tout simplement unique. Mababa Diouf (on ne le renommera Pape qu’un peu plus tard) est né le 18 décembre 1951 à Abéché, au Tchad. Demba, son père, est une figure. Mécanicien de l’armée française durant la Seconde Guerre mondiale et gaulliste des premières heures, il devient fonctionnaire au Tchad puis à Dakar au Sénégal, sa patrie, où il s’établit avec ses deux épouses et ses huit enfants, neuf mois après la naissance de Mababa. Elevé dans le quartier de Fann-Hock, le petit Pape découvre, déjà, la mixité sociale aux côtés de ses voisins sénégalais, français, cap-verdiens et libanais.

A six ans, il est pourtant arraché aux bonheurs simples de l’âge tendre pour être expédié chez un oncle qui va lui mener la vie dure, comme le veut alors la coutume au pays. Pape ne retrouve Dakar qu’à onze ans et va bientôt fréquenter, lui le musulman, le collège Saint-Michel, une école catholique où il se révèle excellent élève. En 1970, son père le sent mûr et prêt pour la vraie vie : l’armée française ! Lorsqu’il débarque à Avignon, la cité des papes vous l’aurez noté, le jeune déraciné pense venir accomplir son service militaire mais découvre à sa grande stupeur que son père l’a engagé pour de bon. L’uniforme cependant, très peu pour lui : Pape parvient à se faire exempter et va vivre un temps de petits boulots à Marseille, tout en passant son bac en candidat libre.
 
Tour à tour contrôleur, coursier, manutentionnaire puis postier, il découvre par le bas la cité phocéenne mais fréquente aussi Science-Po à Aix-en-Provence avant d’être embauché comme journaliste pigiste à La Marseillaise, le quotidien communiste de la ville. « Je n’avais pas la carte même si j’étais assez proche des idées communistes de l’époque », déclarait-il sur Infosport Plus en mars dernier, à l’occasion de la sortie de son autobiographie C’est bien plus qu’un Jeu. « J’ai toujours évité de m’encarter, reprenait-il. S’encarter c’est, peut-être, être phagocyté idéologiquement ou simplement par une ligne de parti et cela me gênait beaucoup. Donc j’étais sympathisant mais pas encarté » …des propos qui prennent aujourd’hui pleinement leur sens, on le lira plus loin.

De la salle de presse à la présidence

Une fois embauché à temps plein, Pape Diouf va couvrir l’Olympique de Marseille comme journaliste sportif douze saisons durant, période qui voit le club phocéen conquérir une Coupe de France, toucher le fond en deuxième division avant de retrouver le chemin de la gloire sous la présidence de Bernard Tapie, arrivé en 1986. « Au début, se souvient-il, on vérifiait souvent ma carte de presse. Pour certains, un Noir ne pouvait pas bien écrire ». Non seulement Pape sait écrire mais il manie la langue française avec talent et brio, à l’écrit comme à l’oral. Après un court passage au Sport, quotidien sportif concurrent de L’Equipe qui doit déposer le bilan après neuf mois d’existence en 1988, Pape quitte le journalisme pour devenir agent de joueurs.

Dans «Jeune Afrique» en janvier 2014
 
Pour ma part, j’ai toujours considéré le racisme comme une connerie très humaine. Et qu’était libre d’être con qui le voulait.
 

Il représente d’abord des footballeurs africains ou africains d’origine, rarement rétribués à leur juste valeur dans le foot de ces années-là. Ses premiers clients sont évidemment des joueurs de l’OM : Basile Boli, défenseur international français d’origine ivoirienne er Joseph-Antoine Bell, gardien de but international camerounais. « J’avais des scrupules à embrasser un métier qui, déjà à l’époque, n’avait pas forcément bonne presse », admettait-il l’an dernier sur Infosport Plus. « Je me suis décidé en me disant qu’il fallait établir de nouvelles règles et ce sont ces règles qui ont nourri toute ma démarche : pas de contrat, on se tape dans la main, une relation basée sur la confiance et la compréhension mutuelle ».

« Agent très spécial » tel qu’il se décrit lui-même, Pape crée Mondial Promotion, une société qui va représenter des grands noms du championnat de France : Marcel Desailly, François Oman-Biyik, Abedi Pelé, Rigobert Song, Péguy Luyindula, Bernard Lama, William Gallas, Grégory Coupet, Samir Nasri et bien sûr Didier Drogba, sa plus grande réussite. Très apprécié dans le milieu du foot, Pape finit par répondre aux appels du pied du président de l’OM, Christophe Bouchet, pour intégrer le club, après avoir beaucoup hésité (entre autres parce qu'il gagnait plus en tant qu'agent). A peine arrivé, c'est le drame ! Les dirigeants en place consentent à laisser partir Drogba à Chelsea, au grand dam de Diouf qui doit pourtant finaliser lui-même la transaction en faisant quand même monter le prix du transfert de 30 à 37,5 millions d’euros, ce qui reste toujours, dix ans après, un record pour un joueur issu de la Ligue 1.

C’est finalement Christophe Bouchet qui va payer les conséquences du départ de l’idole. Il est débarqué en novembre 2004 par le propriétaire Robert Louis-Dreyfus qui transmet alors les rênes du conseil de gouvernance à Pape Diouf, lequel devient de facto le premier président noir d’un grand club européen, réalité qu’il constate mais le désole. Sous son règne, l’OM finit une fois 5e et trois fois sur le podium (une fois 3e, deux fois 2e), des résultats qui permettent au club de retrouver la Ligue des champions et d’assainir ses finances. Mais l’équipe ne gagne pas de titre, perdant au passage deux finales de Coupe de France d’affilée en 2006 et 2007. Comme toujours à l’OM, et comme souvent dans le foot, l’histoire d’amour finit mal. Accusé à tort d’avoir laissé partir le populaire entraîneur belge Erik Gerets, il est congédié par « RLD » le 17 juin 2009. Ironie du sort, l’OM réalise le doublé Coupe de la Ligue-championnat la saison suivante, sous la présidence de Jean-Claude Dassier et la férule de Didier Deschamps.

Consulté et courtisé en haut-lieu

Médiatiquement, le poste de président de l'OM (ici en 2006 entre Fabien Barthez et José Anigo) est encore plus exposé que celui de maire de Marseille.
AFP PHOTO ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Depuis son départ de l’OM, Pape Diouf a renoué avec le journalisme en tant que consultant occasionnel sur Canal Plus et comme intervenant pour l’Officiel des paris en ligne. Il s’est également associé à l’animateur Jean-Pierre Foucault pour fonder en 2010 l’European communication school et l’Institut européen de journalisme, deux écoles qui sont venues s’ajouter à la pléthore d’établissements déjà existants en France dans ce secteur. Cette période beaucoup plus calme lui a certainement permis de mûrir le projet de se lancer en politique. Décoré de la Légion d’honneur par François Hollande en octobre dernier, il a été consulté par le président  de la République mais aussi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur l’avenir de Marseille, avant que le gouvernement n’annonce en novembre un plan d’aide exceptionnel (3 Mds d’euros) pour la ville.

Courtisé par le Parti socialiste et déconseillé d’y aller seul par Hollande lui-même, Pape Diouf s’est donc finalement déclaré mardi, à la tête d’un mouvement baptisé « Le Sursaut » qui rassemble des personnalités issues de la société civile, des adhérents du Modem et du mouvement écologiste. Il dit avoir ressenti, en tant que Marseillais depuis 44 ans, « le devoir d’y aller ». Son but : « donner un coup de pied dans la fourmilière » « restaurer la confiance » et « éradiquer la violence ». Sa cible principale : les déçus de la politique et en particulier ces 42,26 % de Marseillais qui s’étaient abstenus au premier tour de la municipale de 2008. Avec son sens de la formule, le candidat a fait mouche dès sa première conférence de presse en déclarant : « Quand un lampadaire est en panne, ce n’est ni gauche, ni de droite que de chercher à le réparer. »

« Même s’il ne fait que 3 %, il ne fait pas de la victoire finale son objectif, il y va parce qu’il veut faire bouger les choses. Il faut secouer ceux qui sont installés. Vu comme ça, son combat n’est pas vain », commente depuis le Cameroun Joseph-Antoine Bell qui connaît bien la ville et le personnage. Bell ne se dit pas plus étonné que ça de voir son ex-agent et ami se lancer. « La politique ce n’est pas le foot où l’on peut perdre un match, être éliminé et rentrer à la maison. La politique, ce n’est pas pareil. Je pense qu’il est armé pour ce combat. Il me l’a dit », poursuit l’ancien gardien de but de l’OM. A l’en croire donc, cet engagement n’est pas passager et pourrait s’inscrire dans le long terme, sur la scène locale ou même européenne. Comme au foot.

Dans «Jeune Afrique» en mars 2013
 
Un jour, au Sénégal, un marabout m’a dit qu’il pouvait permettre à l’OM d’être champion de France et de remporter la Coupe de France. Il fallait simplement que je lui verse l’équivalent de 25 000 euros. J’ai répondu que j’étais d’accord à une condition : je le paierai après.
 
Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :