Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sous la dictature du président Marcos, dix mille personnes ont été victimes de tortures, d’exécutions et de disparitions forcées.
Sous la dictature du président Marcos, dix mille personnes ont été victimes de tortures, d’exécutions et de disparitions forcées.
REUTERS

Vingt ans après la chute du président Marcos, renversé par une insurrection populaire en 1986, le Congrès philippin a finalement adopté une loi visant à compenser financièrement les victimes de la dictature.

Avec notre correspondant à Manille, Gabriel Kahn

Cette loi, adoptée mercredi 23 janvier par le Parlement et le Sénat philippins, va mettre fin à dix-sept années d’une longue attente pour quelque 10 000 victimes de tortures, d’exécutions et de disparitions forcées durant les quatorze années de dictature du président Marcos.

Elle prévoit de compenser chacune d’entre elles grâce à une sorte de partage de butin : quelque 680 millions de dollars qui avaient été dissimulés sur des comptes suisses par la famille du défunt dictateur ont été rendus par la Suisse au gouvernement Philippin. Sur cette somme, 246 millions seront distribués aux victimes ou à leurs descendants.

C’est bien moins que les quelque deux milliards de dollars de compensation accordés à ces mêmes victimes par une cour de justice américaine à Hawaï en 1995 et dont elles n’ont jamais vu l’ombre d’un paiement.

Au-delà des compensations financières, cette loi vise également à élever le statut des victimes de la dictature à celui de héros. Les législateurs entendent ainsi lutter contre la popularité croissante de la famille Marcos aux Philippines, notamment au sein des populations les plus pauvres, qui se sentent exclues de la croissance économique.

TAGS: PHILIPPINES
Tag(s) : #asie

Partager cet article

Repost 0